Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Maison de transition à Enghien - Changement de lieu de rendez-vous

Maison de transition à Enghien - Changement de lieu de rendez-vous

MISE A JOUR! La séance d'information aura lieu dans la Salle des Acacias.

 

Contact pour la séance d'information: Y29tbXVuaWNhdGlvbkBlbmdoaWVuLWVkaW5nZW4uYmU=

 

Dès cette année, les premières maisons de transition ouvriront leurs portes en Belgique. La Belgique emboîte ainsi le pas à d’autres pays européens en optant résolument pour une politique de détention plus moderne. Outre Malines, le gouvernement fédéral a également choisi Enghien pour accueillir cette initiative, dès janvier 2020.

En tant que commune, il nous importe d’informer correctement nos citoyens à propos de cette nouvelle initiative. La Ville d’Enghien invite les Enghiennois à une soirée d’information qui se déroulera le 11 septembre à 19h30 dans la Salle des Acacias. Les différents intervenants de ce projet (SPF Justice, G4S Care et prison de Leuze) expliqueront le fonctionnement de la maison de transition dans son ensemble et répondront à toutes les questions

Sans attendre cette réunion, voici déjà la réponse à quelques questions qui nous sont posées régulièrement :

Qu’est-ce qu’une maison de transition ?

Les maisons de transition sont de petites structures d’hébergement pouvant accueillir une quinzaine de détenus pour y purger la fin de leur peine. Elles ont comme objectifs de faciliter la réintégration des détenus au sein de la société et de réduire le risque de récidive.

Ainsi, les détenus y réapprennent les gestes de la vie quotidienne (préparer son repas, laver son linge, nettoyer son logement, ...) et sont encadrés par du personnel social spécialisé pour les aider dans leurs démarches de réinsertion (trouver un emploi, un logement, ...).

 

Pourquoi le SPF Justice a-t-il décidé d’importer ce concept en Belgique ?

Comme aux Pays-Bas, les maisons de transition ont pour ambition de devenir un projet positif offrant une réelle plus-value à la société. Elles s’inscrivent dans le cadre de l’accentuation de la politique de détention différenciée, présentée par le ministre de la Justice, Koen Geens, dans le Masterplan ‘Prisons et internement’ du 18 novembre 2016.

 

Quels détenus peuvent être accueillis en maison de transition ?

Tous les détenus ne pourront pas séjourner en maison de transition. Plusieurs conditions ont été fixées pour qu’un détenu puisse y être admis, notamment pour garantir la sécurité des environs. Seuls les détenus à faible risque pourront se voir proposer d’effectuer la dernière partie de leur peine dans une maison de transition.

 

Qui gère les maisons de transition ?

Le Ministère de la Justice a décidé de confier l’exploitation des premières maisons de transition à G4S Care et Exodus Nederland. Ces sociétés privées ont non seulement une longue expérience dans le domaine de la sécurité mais aussi une vision et une approche cohérentes qui misent sur le renforcement de l’implication citoyenne et de l’autonomie des détenus.

 

Quel est l’implication de la Police locale et des travailleurs sociaux du CPAS ?

Au sein des maisons de transition, des travailleurs sociaux, des psychologues et des criminologues travailleront avec les détenus afin de renouer des liens sociaux et de redonner un sens à leur vie. Ce travail social n’incombera donc pas au CPAS.

 

Les détenus sont surveillés, contrôlés et encadrés 24h sur 24 et 7 jours sur 7 par G4S Care. La Police et les autorités locales seront régulièrement informées mais pas sollicitées pour quelque tâche que ce soit (surveillance, transport, ...). Si des détenus ne respectent pas les règles de la maison de transition, ils seront immédiatement repris en charge par la prison partenaire (prison de Leuze).